Incohérences ?

Publié le par modem08

 A l’heure où on nous demande de faire attention, nous particuliers, à notre consommation énergétique, je m’interroge sur le comportement pour le moins contradictoire de certains acteurs de notre société.

Cette semaine, télévision et radio nous ont prévenus : nous risquons la coupure, le black out, celui qui plongerait la France entière dans le noir. Plus d’électricité, donc plus de chauffage pour beaucoup, plus de lumière, plus de plaque de cuisson, de four, mais aussi d’ordinateur, de machine outils, d’éclairage public... bref la paralysie.

Pourtant je n’ai pas vu une seule municipalité éteindre ses lampadaires la nuit suivante, ni aucun monument de notre pays (la Tour Eifel a continué de scintiller, s’il n’en reste qu’une...) plus fort : les stades de foot ont poursuivi le réchauffage de leurs pelouses gelées pour permettre aux matchs d’être joués ce week-end (pourtant cela n’aura pas été suffisant partout, dommage pour Sedan) et ainsi remplir leur contrat avec canal plus. A leur décharge, il faut savoir que les clubs de ligue 2 sont obligés d’avoir un système de pelouse chauffante imposé par la ligue.

C’est curieux que ce détail ait échappé aux yeux de Ministre de l’Environnement, grand prêtre du Grenelle de l’Environnement. Je n’ai pas relevé la moindre allusion à cette procédure dans le projet de loi « Engagement national pour l’environnement ».

Je rappelle que réchauffer des pelouses de terrain de foot équivaut à réchauffer directement l’atmosphère, à l’heure où on nous affirme qu’il faut lutter contre le réchauffement climatique, cela me laisse perplexe... pas vous ?

Je finis par me demander si un petit black out ne serait pas finalement salvateur, cela aurait le mérite, peut être, de repenser de façon globale notre consommation énergétique. Evidement seulement si le chapeau n’était pas porté par les particuliers et que les collectivités (locales et privée) prenaient leur part de responsabilité. Malheureusement ce serait comme toujours les plus faibles qui en pâtiraient le plus, ce n’est pas à souhaiter. Ne reste qu’à espérer que l’Homme devienne adulte et qu’Il ne se comporte plus comme un adolescent insatiable et irresponsable...

                                                                  Virginie HéBER-SUFFRIN
                                                        Vice-Présidente du MoDem des Ardennes

 

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-yves 11/01/2009 17:21

PANEM et surtout CIRCENCES et quel qu'en soit le prix. Ainsi était gouverné la Rome de l'Empire. Rien ne change.

ludovic 11/01/2009 15:44

C’est vrai, les collectivités devraient montrer l’exemple. En effet, il n’est pas nécessaire que des monuments restent éclairés des nuits entières.
Mais des nuances doivent être apportées : les lampadaires qui éclairent les nombreuses rues de nos villes sécurisent aussi et surtout les citoyens. Dans un passé récent de nombreuses familles réclamaient un éclairage de certains endroits, propices aux agressions en cas de rentrées tardives.
Certains élus de gauche, que je connais pour être assez intransigeants, répondraient que nous n’avons rien à faire dehors par – 15°.
Il y a pourtant, parmi nos compatriotes des personnes qui rentrent tard du fait de leur profession ou pour d’autres obligations.
L’insécurité et le sentiment d’insécurité ne sont jamais disparus, contrairement à l’absence de fait divers dans nos quotidiens.
Pourtant, il y a quelques années encore, EDF faisaient beaucoup de publicité pour les supers avantages du chauffage électrique. (et nous connaissons les problèmes financiers rencontrés par des familles logées dans des logements non isolés avec chauffage électrique)
Il est trop facile maintenant de crier « au secours » et de nous demander de nous serrer la ceinture à cause d’un hiver que je qualifierai de normal.
N’est ce pas une diversion pour constater l’obligation de construire encore de nouvelles centrales nucléaires ??

Michel TONON 11/01/2009 15:13

La bagatelle de 17 000 € de dépense de combustibles à Reims et peut-être autant à Sedan, voilà ce qu'auront coûté les errements de la toute puissante ligue de football. Et, tout cela pour des prunes puisque les deux matches ont été remis. Bonjour les économies énergétiques et financières !