Signy-l'Abbaye innove - La Culture au service du Social

Publié le par modem08

          Scène fréquente à la médiathèque « Yves Coppens » de Signy-l’Abbaye : un allocataire de minima sociaux venu remplir une demande de couverture maladie universelle (CMU) repart avec des livres sous le bras.


          L’accueil des usagers des services sociaux se trouve au milieu des rayonnages, quel meilleur endroit pour leur parler des collections dont dispose la médiathèque et des animations qu’elle organise.

          La « Médiathèque-Centre social » ! Voilà bien un concept novateur. Elle abrite, entre autres, un relais services publics, un relais assistantes maternelles, un centre social conventionné par la CAF (contrat d’animation globale), les permanences de nombreux services (protection maternelle et infantile, mission locale, aide à domicile pour les personnes âgées, organismes mandatés par Pôle Emploi pour le suivi des chômeurs etc…).


          De prime abord, la dimension sociale ne saute pas aux yeux de l’observateur. Les usagers des services attendent en feuilletant des livres, mêlés au public de la bibliothèque.

Hybride et atypique, cette structure s’inscrit, en ce qui concerne l’activité bibliothèque, dans le programme des médiathèques de proximité, lancé en 2003 par le Ministère de la Culture.

Ouverte en 2007, dans une ancienne maison Art Déco rachetée par la Commune, cette médiathèque est le seul centre de ressources documentaires à 15 km à la ronde. Sur les 1 150 inscrits, la moitié habitent la Commune.

L’agent communal en charge de cette structure se définit comme une « bibliothécaire à vocation sociale » qui se nourrit des échanges avec la population pour orienter les acquisitions de livres. « Nos visiteurs nous parlent de choses plus personnelles que dans une bibliothèque classique » confie-t-elle. Titulaire d’un DUT métier du livre et d’un master en sciences sociales, elle a dû rapidement s’initier aux questions sociales, par autoformation. Il lui est déjà arrivé d’aider un usager à remplir un document administratif en l’absence d’un collègue agent d’accueil ou du directeur de la structure lui-même issu du secteur socioculturel. « Car nous mettons un point d’honneur à ne jamais laisser repartir quelqu’un sans lui avoir apporté au moins un début de réponse » conclut-elle.

Cette association de services publics démontre que comme en politique, il est aussi possible de pratiquer l’Administration autrement.

                                                                    Michel TONON

                                                                   MoDem Ardennes

 

Publié dans Collectivités locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JeB 08/07/2009 21:23

Voila un exemple d'humanité au coeur de l'action et pour intérêt principal dee l'action de l'hommme en lieu et place de l'argent et le profit.

Je propose un ban de Signy

Michel 08/07/2009 11:58

Bel exemple également de polyvalence et de motivation des personnels communaux soucieux d'apporter un service de qualité au public.