L'épine Montebourg

Publié le par modem08

Hollande photoLes primaires socialistes ont été un franc succès démocratique, reconnu par tous les observateurs. Plus de 2,5 millions de personnes ont voté dans près de 10 000 bureaux de vote. Comme je l’avais annoncé la semaine dernière, j’y ai participé en votant pour Manuel Vals. Il s’agit maintenant de voter pour le 2èmetour et cela devient moins facile. Le succès d’Arnaud Montebourg montre que de nombreux français n’ont plus confiance dans les clans traditionnels et, qu’ils recherchent des nouvelles figures pour porter leurs espoirs. Pour moi, il y a chez lui, le meilleur et le pire. Je suis tout à fait d’accord sur le besoin de refonder la république, qui a été dévoyée depuis 1981. Je suis totalement d’accord avec lui sur la priorité à donner à la lutte contre la corruption. En revanche, son discours très populiste sur la dé-mondialisation rappelle trop ceux de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon. Comme eux il a voté non au référendum sur la constitution européenne. Ce miroir aux alouettes, populiste, serait une catastrophe pour la France.


Il y a deux points essentiels qui n’ont pas été assez présents dans le débat : l’Europe et la dette. François Hollande propose de fusionner les postes de Président du Conseil européen et celui de Président de la commission en confiant au nouveau poste la gouvernance économique de la zone euro. Martine Aubry propose aussi un gouvernement économique européen. François Hollande préconise un fédéralisme budgétaire et fiscal et notamment, comme Martine Aubry, la taxe sur les transactions financières qui donnerait à l’Europe les recettes dont elle manque. Il préconise la création d’eurobonds, emprunts européens. Elle préconise la règle du juste échange dans les relations commerciales internationales. Elle souhaite la création d’une agence franco-allemande de l’énergie, premier pas d’une communauté européenne des énergies. François Hollande est assez proche de cela, mais ses propositions sont peut-être moins précises, malgré une ambition générale plus forte. Au niveau de la dette, seul Manuel Vals en a parlé clairement avec un vrai sens des responsabilités. François Hollande envisage de faire voter une loi de programmation pluriannuelle de 5 ans fixant le retour à l’équilibre des dépenses publiques. Toutefois, il convient que cet équilibre ne peut être atteint sans croissance économique, ce qui risque d’être difficile. En positif, il parle d’une réforme fiscale de grande ampleur en fusionnant l’impôt sur le revenu et la CSG, et en rapprochant la taxation du capital de celle du travail. Martine Aubry propose de supprimer 10 milliards de niches fiscales sur les 70 actuelles, de baisser à 20% l’impôt sur les sociétés pour celles qui investissent et de le monter à 40% pour celles qui privilégient les dividendes. Elle veut supprimer les aides aux heures supplémentaires et en affecter le montant à un vaste plan pour l’emploi des jeunes.


Il est aussi important de connaître les équipes de chaque candidat. Chez François Hollande, j’apprécie son coordinateur, Pierre Moscovici, ancien ministre des affaires européennes, Gérard Collomb, maire de Lyon, Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances de l’Assemblé nationale, Alain Rousset, président de l’association des régions de France. Je note qu’il a le soutien régional de Jean-Paul Bachy, ce qui est pour moi positif. Il a surtout reçu le soutien immédiat et sans condition de Manuel Vals. Chez Martine Aubry, son directeur de campagne est François Lamy, proche de Jacques Delors, directeur de l’organisation mondiale du commerce (OMC), depuis 2005. Je note la présence positive d’Axel Kahn homme d’éthique et de progrès. Elle a le soutien clair du maire de Paris Bertrand Delanoé. Je note qu’elle a le soutien très actif de Claudine Ledoux, ce qui est pour moi très négatif.


Il est normal de trouver des qualités et des défauts dans chaque équipe, des sources d’espérance et des sources de crainte. Ce qui ne serait pas crédible, c’est la course aux voix d’Arnaud Montebourg au prix de concessions programmatiques. Si l’un des deux apparaît clairement comme l’héritier des idées d’Arnaud Montebourg, je considère qu’il serait souhaitable qu’il soit éliminé.


En conclusion, sauf rapprochement de dernière heure avec Arnaud Montebourg, je voterai pour François Hollande, le plus proche des idées soutenues par Manuel Vals, qui est celui qui m’a donné envie de participer à ces primaires.


                                                                                                              Jacques JEANTEUR

                                                                                                            Mouvement Démocrate

Publié dans Politique générale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel 12/10/2011 16:34


Les éléphants ont la peau dure comme dirait tout zoologiste. Aussi peut-on comprendre que des militants socialistes aient porté nombreux leur voix sur l'éléphanteau.

Cependant, nul ne peut oublier la sortie de celui qui fut, lors de sa campagne de la présidentielle de 2007, le porte-parole de Ségolène Royal qui le suspendit pour avoir déclaré :
« Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut. C'est son compagnon » ; ce qui lui valu l'appellation de « Monsieur Montebourde ».

Bref, tout bien considéré, l'argumentaire toujours solide de Jacques Jeanteur traduit la voix de la sagesse.